This page requires JavaScript

Discours prononcé à la Société de charité maternelle de Rouen, dans sa séance du 2 janvier 1824